Agence d'aide à la recherche d'emploi

''Devenez maître de votre plan de carrière en restant toujours à l'affût des nouvelles opportunités d'emploi de notre époque!''

chercheur d'emploi, Entretien, Entrevue, Numérotés

Entretien d’embauche : 5 réflexes pour se vendre auprès des recruteurs

Entre stress et trac, l’entretien d’embauche s’apparente à une épreuve sportive. Pas facile d’être au top quand on a peu d’expérience de la recherche d’emploi. La solution : se préparer en amont.

Si vous avez décroché un entretien pour un emploi, c’est que votre profil a tapé dans l’œil du recruteur. Mais pas question d’y aller la fleur au bout du fusil.

1. Se préparer et encore se préparer

“Un entretien d’embauche mêle improvisation et préparation, démarre Laurence Charneau, consultante APEC. On ignore ce qu’il va se passer mais on doit donner envie. La méthode à utiliser s’apparente à du story telling.” Ou comment conter votre histoire au mieux. “Il ne s’agit pas de raconter toute votre vie, poursuit-elle, mais de développer une victoire, un savoir-être, une compétence en fonction de ce que l’entreprise recherche.”

Réfléchir en amont aux messages que l’on souhaite faire passer est donc indispensable. “En fonction de sa capacité à présenter son parcours, à parler de lui et à évoquer ce qu’il maîtrise bien, on sent dès le début de l’entretien si le candidat s’est préparé”, constate Stéphane Dahan, directeur du recrutement d’Alten. C’est pourquoi il faut aussi penser à l’introduction.

2. Se renseigner sur l’entreprise

“Documentez-vous sur l’entreprise, son ambition, ses enjeux, conseille le recruteur. Une simple recherche sur le Web permet de se faire une idée.” Laurence Charneau renchérit : “Cette prospection vous aide à comprendre ce que votre cursus et votre profil apportent potentiellement au projet de l’entreprise et ce qui peut vous nourrir en termes de motivations.”

Autre conseil : “Renseignez-vous sur LinkedInViadeo ou sur les sites d’infos pour savoir qui est l’interlocuteur avec lequel vous avez rendez-vous, son parcours, etc., propose Stéphane Dahan. Cela vous donnera des clés pour appréhender ses besoins.”

3. Se vendre sans se survendre

Pour compenser leur manque d’expérience, les jeunes diplômés ont tendance à se survendre. “Certaines expériences sont trop brèves pour être crédibles, note Laurence Charneau. Il faut donc plutôt valoriser ses compétences transversales telles que sa capacité à gérer le temps ou la négociation.” Ou insister sur le travail effectué ou le contexte : entreprise, équipe avec laquelle on a travaillé, etc.

“Ainsi, on peut pointer de manière claire, directe et efficace ce qu’on a appris, les bons points acquis, argumente Stéphane Dahan. Cela donne une idée précise de la pertinence entre les besoins de l’entreprise et votre profil. Autre bon réflexe : expliquer là où on s’est planté pour montrer sa capacité à apprendre de ses erreurs.”

Pour découvrir les 2 autres réflexes:

https://www.letudiant.fr/jobsstages/lettres-de-motivation_1/cinq-reflexes-pour-se-vendre-aupres-des-recruteurs.html

Comments are Closed

Theme by Anders Norén